• Des cargos descendent l’estuaire

    En passant près de l’autre rive.

    La brume aveugle, comme un suaire.

    Ils cornent et passent, à la dérive.

     

    La brume, atmosphère dépolie

    Moiteur légère, lumière diffuse,

    Vision sans repères, abolie,

    A travers elle le soleil fuse.

     

    Ces gros cétacés métalliques

    Emergent subrepticement,

    Grosses déjections telluriques

    Dissoutes silencieusement.


    2 commentaires
  • De cette question posée à un certain Claude Ponti:

    "Savez-vous nager dans les blancs d'oeufs battus en neige"

    Le petit Littré édition 1991 a émultionné cette translation:

    Savez-vous avancer, dans les masses d'eau blanche congelée qui tombent de l'atmosphère, par le mouvement de certaines parties du corps qui ont reçu des coups destinés à les nourrir?
    link


    6 commentaires
  • Variations sur le froid.

     

    Le froid cru a fixé

    Sur la neige

    Les pustules blanches de la grêle.

     

    Eruption cutanée,

    Varicelle blanche et glacée

    De grêle, sur la neige.

     

    Froid. Resserrement de glace.

    Vénéneuse sclérose d’angoisse.

    Tout est dur, sec et cassant.

    Attente. Espoir de changement.


    1 commentaire
  • "La création du monde"

     

    Si je devais créer le monde

    Je ferais tournoyer ma fronde

    Pour qu'elle détruise notre mappemonde,

    Et c’est la mer qui serait ronde.

    Dans cet aquarium à l’envers

    Les poissons souffleraient des vers

    Dans des bulles, envoyées en l’air.

    Si je faisais tourner ma fronde

    C’est la mer qui serait le monde.

    Je ferais la vie plus légère.


    6 commentaires
  • Poèmes inspirés par des improvisations artistiques associant un sculpteur , des musiciens, chanteuses, un écrivain.


    Les espars craquent

    La camarde vaque

    Pour quelles ruptures ?

         Rupture d’arc

         Capture d’art

         Arcades pures

    Lectures d’arcs

    Espars de lucre

    Cassure d’espace.

     

    Jet d’encre ?

    Jet d’ancre ?

    Jet d’arc ?

    La seiche sèche

    La sirène sirote

    Et l’art, quel art ?

     

     

    Nef des fous lancée dans la Ville.

    Des mots mâchés crachés

    Des jets d’arcs dans le Parc

    Femme-Papier et Homme de Bois

    Femmes de Gorges et Homme-Poèmes :

    Ramassis Très Talentueux.

     

     

    Un bus, axe de symétrie pour fantasia urbaine.

    Ben-Hur insatiable trime : désaxé, a bu nu.

     

     

     


    1 commentaire
  •         Corolles ouvertes

            Antennes mobiles

     Pistils érigés 

    Tentacules déployés

    Etamines épanouies :

    Un bouquet de capteurs pour

    Recueillir l’énergie.

     

    GENÔME :

    GNOME cherche

    Elément perdu

     

    Pourquoi avoir soif d’

    Eternité ? Condamnés à vivre à perpétuité ?

    Rire plutôt de cette présomption.

    Essayer de survivre ;

    Nager en buvant la tasse.

    Nier le désespoir, rendre l’

    Espérance pérenne.

     

    Entrer en TRANSE

    Pour être en FORME

    En regardant la MER.

    TRANSITER SUR LA TERRE

    TRANSiter sur la terre

    FORtune ou galère

    MERci la vie.

     

     


    1 commentaire
  • Partir de travers

    Marcher à l’envers

    Vermifuger la glose

    Pulvériser la prose

    Frôler, froufrouter, gant de velours

    Poudre d’âme, poudre de ris

    Sourire à moudre, savourer

    Saveur fruitée

    La vie.

     

    Neutre perdu.

    Flou qui sauve.

    Soupe primordiale,

    Sans nul binaire.

    Neutre, où est ta noblesse ? 

     

    Gorge sèche sur

    Guibolle molles.

    Abstraction :

    Moins je mets de sens,

    Mieux je me sens.

     

    J’erre et sens du dedans,

    Songe muscardin.

    Plaide, essence et relents

    D’un monde radin.

    Raide et tendue, sans chagrin.

     

     

    Verglas rime avec chocolat

    Cannelle avec gamelle.

    Je ne puis faire rimer hamac et confiture.

    Pourtant je me suis pris

    Les pieds dans le hamac

    Une crêpe garnie de confiture en main.

    Suis mollement tombée.

    Le téléphone avait finit d’sonner.

     

     


    votre commentaire
  • Aveuglement des artifices

    On trébuche, on tombe, on glisse

    -Avec délice?

    Dans quel noir précipice?

    Inconscience destructrice

    Ou innocence sans malice.

    Quel sera le supplice?

     

    Quand ça boulloche,

    Tout s'effiloche.

    Le monde est moche.

    Que des reproches

    Rien ne m'accroche

       Je pars en floche.

     

    Le Jeu de Pomme est d’origine anglaise.

    Inventé par Newton,

    Qui s’amusa un jour à tirer une pomme

    Pour l’empêcher de tomber.

    C’est ce qu’on appelle la Traction.

    De nombreuses attractions effectuées sur des pommes

    Donnent le Jus de Pomme.

    On nomma l’arbitre « Jus-jeu »

    Mot qui, par pesanteurs successives,

    Devint  Juge.

     

    A un actif pelliculé

    Il faut préserver une aura ;

    Aux métabolismes ulcérés

    -Il vaut mieux cesser le combat.

     

    « glie »

    En glissant sur la glie

    Les gluons se sont agglutinés

    Tels des glyphes de glycine,

    Des glaires glauques amalgamées

    Comme autant de glaviaux.

    Glaner la glie dans les replis des glènes

    Lovées. Gloser sur les glands que goberont

    Des gorets gloutons. Glacer de glutineuses

    Giclées de glie sur la glaise gluante.

    Ah ! Déglutir un Gloria à petits coups de glotte

     

     

    Conquérir Miraflorès pour mériter Valparaiso

    Ou bien se contenter

    D’un p’tit coin d’paradis à Palaiseau.

     

    Partir en vrac dans les mondes flottants.

    Morceaux épars qui se rassemblent,

    Jusqu'à quand?

    Croque la praline  

    Traque ta copine   

     Braque la chopine   

    Choque la bouline. 

         

    Entre la chèvre et le chou 

    Ce serait un beau chantage;

    Entre la fièvre et le flou

      On ferait tout un fromage;          

     Entre le mièvre et le mou

    Je ferais bien le ménage  

     Mais...Entre le lièvre et le loup?

     

    Un oiseau bariolé, éclats de bruits,

    Fracas avide, rare raffut, fureur ;

    Rêve de glisse sur des vagues fragiles,

    Bain de lueurs laiteuses

    En mer d’Arafura.

     

    Ce matin la pluie

    Tambourine ;

    Dans mon crâne la glie,

    Gélatine ?

     

     

     

    Entre la rétame

    Et la gamelle

    Il y a le vol plané.

    Entre la flamme

    Et l’étincelle

    C’est un écran de fumée.

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Le croque-mots enterre nos peurs

    En  dégustant des mots vengeurs.

    Il part en glissade sur une phrase

    Suce les verbes, les écrase,

    Slam, les déglutit d’un coup de glotte.

    Et nous des oreilles on sirote.


    votre commentaire
  •  

    Dans la densité de la douleur dite

    J’ai trouvé un chemin tracé.

    Vos mots profonds ont tranché cru :

    De failles oubliées sourd la  trace

    De vieux sentiments qui me blessent,

     Bulle informe qui de loin remonte

    Avec des mots pour ma douleur.


    votre commentaire