• OCTOBRE 1

    Les branches encore feuillues s’agitent en cadence,

    Scandant nerveusement le rythme fou du vent.

    La pluie dans le chéneau fait une mélodie

    Qui ne s’interrompt pas. Nez collé à la vitre,

    Je savoure à l’abri la quiétude du soir.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    7
    Mercredi 13 Octobre 2010 à 12:40
    Mamie Claude

    Un doux instant si joliment partagé, félicitations. bisous

    6
    Jeudi 7 Octobre 2010 à 23:15
    Sonia

    J'aime cette poésie évocatrice d'un instant, photographique, elle me parle très fort.

    5
    Jeudi 7 Octobre 2010 à 08:46
    Parisianne

    Tu auras sans douter ajouté le petit mot qui manque à mon précédent message, l'automne sait aussi se faire doux parce que dans ton évocation il est plutôt décoiffant !

    Amitiés

    Anne

    4
    Mercredi 6 Octobre 2010 à 21:50
    Tricôtine

    Tu as bien fait de rester le nez collé à  la vitre , le vent c'est un truc qui me déplait toujours même s'il est chaud , on en a eu une bonne dose ce week end ! bizzzoux collants

    3
    Mercredi 6 Octobre 2010 à 08:06
    Parisianne

    Belle évocation d'un automne qui sait se faire doux et harmonieux.

    Bonne journée

    Anne

    2
    Mardi 5 Octobre 2010 à 20:26
    Tit'Anik

    Oui hier il faisait une journée exécrable, un vent froid à décorner les cocus, et une pluie glaciale

    Aujourd'hui nous avons eu une journée splendide

    Bisous

    1
    Mardi 5 Octobre 2010 à 13:09
    ADAMANTE

    J'affectionne particulièrement cette  poésie de l'instant, digne d'un Wang Wei ou d'un Tu Fu. Adamante

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :