• Le virus me rend malade

    Sans que j’en sois infectée.

    Me dessèche et liquéfie

    Me pousse vers la folie

    Qui va sous masque.

    Les yeux ne disent rien

    Me faut danser.

    Danser sur le fil de ma vie

    Va pour la folie.


    votre commentaire
  • Pourquoi aux croisées des chemins

    Des croix, souvent si laides?

    Pourquoi dans les églises,

    Vierges et saints mécaniques

    Au lieu d' œuvres d'artistes?

    D’immenses édifices violent les paysages.

    La religion a couvert les pays de monuments superbes

    Et de bien des horreurs.

    La foi n’a pas toujours bon goût.

    Personne ne le dénonce.

    Serait-ce sacrilège ?


    1 commentaire
  • J'ai été en communion de pensée avec Marie de Hennezel, entendue sur "les matins de France culture". Ma singularité me fait juste souhaiter mourir seule et chez moi.

    On peut réécouter ici:

    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/marie-de-hennezel-est-linvitee-des-matins


    votre commentaire
  • Courir à perdre haleine

    Après quelque chimère:

    On croit le prendre au vol,

    Ce vent qui a pris forme d'ouragan, ou d'animal charmant.

    On chute: on s'est empêtrée d’illusions.


    votre commentaire
  • Une initiative soutenue par de belles personnalités, dont Jean Jouzel et Pierre Larrouturou. Des gens de bien qui en veulent, pour réveiller l'Europe:
     
     

    2 commentaires
  • De la poudre de ris

    pour adoucir

    les bris de vie.


    3 commentaires
  • Se rendent-ils compte, tous ceux qui n’iront pas voter, ou voteront blanc, de la responsabilité qu’ils auraient à porter ? La honte, l’horreur, la violence, la haine, au pouvoir, ils veulent s’en laver les mains ? Est-ce vraiment se les salir, perdre la face, comme disent les chinois, que voter pour un homme nouveau, courageux, remarquable, compétent, capable, s'ils le veulent bien, de nous réunir?


    4 commentaires
  •  

    Dans la mer du Milieu les poissons se régalent !

     Personne n’en parle, ni vu ni connu.

     Dans la Mer du Milieu ce qui n’est pas mangé

     Vient sur la grève, avec les déchets.

     Déchet de petit d’homme

     Ramassé, au bord de la mer, comme poupée…

     Cœurs secs comme des insectes,

     Nous bâtissons.

     Nos termitières bouffent la Terre

     On prolifère jusqu’à périr

     De nos déchets. Tous les déchets. 

     

     


    5 commentaires
  • Elle est passée, la Mort, avec sa grande faux

    A fauché une étoile

    Une étoile brillante

    Et sensible

    Et de cœur

    Et je pleure.


    3 commentaires
  • D’un labyrinthe d’émotions

    La vie a fait son peloton.

    Écheveau de mélancolie

    Teint aux couleurs de folie.

    D’un labyrinthe d’émotions

    S’étire le fil de la vie.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique