• Je suis allée voir le très beau "Drive my car" de Ryûsuke Hamaguchi.

    Où l'on voit que les êtres humains sont bien frères, à travers les époques et à travers la diversité de leurs cultures, frères de sensibilité  et frères de sentiments.


    1 commentaire
  • Lui aussi a écrit sur la Lune:

     

    Avec ses caprices, la Lune

    Est comme une frivole amante :

    Elle sourit et se lamente,

    Et vous fuit et vous importune.

     

    La nuit, suivez-là sur la dune,

    Elle vous raille et vous tourmente ;

    Avec ses caprices, la Lune

    Est comme une frivole amante.

     

    Et souvent elle se met une

    Nuée en manière de mante ;

    Elle est absurde, elle est charmante ;

    Il faut adorer sans rancune,

    Avec ses caprices, la Lune.


    1 commentaire
  • Je viens de lire, enfin, "Le courage de la nuance" de Jean Birnbaum. Victime de son succès, il était en réimpression.

    C'est un livre essentiel.


    1 commentaire
  • Hirondelles de cheminée

    Hirondelles de fenêtre

    Hirondelles de rivage...

    Chez moi ce seront

    Hirondelles de garage.


    1 commentaire
  • Arte Concert a retransmis l'opéra de Mozart qui vient d'être donné au festival de Salzbourg. Une production extraordinaire, magnifique et troublante.  Tous les airs y sont magnifiés dans l'épure par des chanteurs exceptionnels.

    Merci au directeur artistique Teodor Currentzis et au metteur en scène Romeo Castellucci.


    1 commentaire
  • J'ai fait en Juillet deux lectures passionnantes:

    "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline, biographie romancée de Rudyard Kipling.

    "Un garçon comme vous et moi" d'Ivan Jablonka, - à lire aussi par les filles.

    Je ne l'avais pas prévu, mais le lien entre les deux, et les deux époques, est fort intéressant.


    votre commentaire
  •  

    Un seul terme serait dictature, et deux, conflits sans fin. A trois c’est possibilité de médiation, et de méditation. A trois, c’est l’instabilité, la vibration, la nécessité d’un mouvement de pensée.

     Rythme ternaire, valse éternelle et triste d’un idéal toujours à conquérir.

     

    Après la lecture de Liberté, Égalité, Fraternité de Cynthia Fleury, Mona Ozouf, Michelle Perrot aux éditions de l'aube.


    votre commentaire
  • Je ne descends plus à la conche de Cadet, au pied de la falaise calcaire. Son accès m'est trop difficile et parfois interdit à cause d'éboulements sur l'escalier d'accès ( plus de 100 marches). Je la retrouve en lisant ce texte écrit en 2009:

    Des coquilles d'huîtres
    Un paquet de goémon
    Une feuille de platane brunie
    Une méduse retournée
    -filaments en étoile de mer
    Un bouquet d'algues vertes
    Une laminaire avec son pied
    Un feuille verte charnue
    Deux méduses échouées
    Un éboulis, des troncs flottés
    Un gros caillou
    Et des petits
    Des traces de pas
    Un petit éclat de tuile poli par l'eau
    Un crabe crevé
    De l'écume de mer
    Un monsieur et son petit chien
    L'ombre de la falaise sur le sable humide.


    1 commentaire
  •  

    Un orage au loin

    pluie de fleurs d'olivier

    et gouttes clairsemées

     


    1 commentaire
  •  

    J'ai écouté, l'oreille tendue,

    le chant soyeux de l’orge

    sous les rafales du vent.

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires