• Je n'ai malheureusement pas pu regarder, sur Arte, l'opéra de Debussy "Pelléas et Mélisande" à Aix. Le replay, défectueux, m'a juste permis d'apprécier l'interprêtation qui en est faite: Mélisande qui se dédouble, entretenant une confusion entre réel et fantasmes; Pelléas torturé, pas trop jeune, avec une pointe d'autisme. Excellent. J'espère qu'il y aura un DVD!


    1 commentaire
  • LE CHANT DU FIGUIER

     

    Dans les entrailles du figuier, il y a un nid. Des mésanges bleues. Quand les petits piaillent, on dirait que le figuier ronfle comme un ogre repu.


    4 commentaires
  • Je m'étais promis, lorsque le livre est sorti, de lire "Le sel de la vie", de Françoise Héritier (Odile Jacob). Je viens de le terminer, et voudrais offrir à tous ceux que je connais, et les autres aussi! cette invitation à ne pas oublier notre sensualité - tous nos organes  (les 11 "fonctions", décrites dans les yoga-sutra de Patanjali?). Des considérations, des souvenirs en vrac, qui en font  le charme et la spontanéité; offertes à un ami, pour un hymne à la vie.


    4 commentaires
  •  

    L’averse a mouillé le sol

    Juste humecté d’eau sale,

    Et, versatile, a molli en vol.


    1 commentaire
  •  

    Les années effeuillent la vie.

    On s’en allège.

    Pour plus de gravité ?


    9 commentaires
  • Un beau conte méditatif sur la vie, qui fait la part belle au silence. Peut-on vraiment parler de dessin animé, tant cette expression est chargée de clichés? Tout y est délicat, les couleurs, l'évocation des sentiments et de notre part animale...

    http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2016/cannes-2016-la-tortue-rouge-de-michael-dudok-de-wit-un-somptueux-conte-ecolo-cosigne-ghibli,142682.php


    5 commentaires
  • MALGRE LA PLUIE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Elles ont fleuri

    Malgré la pluie.


    7 commentaires
  •  
     
     
     
     
    FR3 a diffusé samedi 28 Mai la pièce de Molière enregistrée au théâtre de la criée à Marseille, avec une mise en scène de Macha Makéieff. Un régal - mise en scène, décors, jeu des acteurs, humour (on croit même entrevoir Fabrice Luchini et Philippe Noiret, en plus de Conchita Wurst). C'est toujours d'actualité. Jusqu'à la musique qui accompagne discrètement,  cet air que j'adore: "one charming night". On dirait que Purcell l'a écrit tout exprès pour Molière. On peut le voir en replay encore 3 jours, là:
     
     
     

    2 commentaires
  • Chers administrateurs,

    Antan, je fus fourmi, je grattouillais avec ardeur, non la guitare, mais le « papier », de mon clavier.

    A présent cigale je suis, ne gratte plus que mon gosier.


    4 commentaires
  • Sommes-nous à même de conduire notre vie à notre gré? - vous pouvez suivre le débat à ce sujet sur le site du 5 à 7 Philo de Royan, ici


    3 commentaires