• SOUVENIRS

     

    Les pas s’effacent sur le sable

    Et si les amours sont bien mortes

    Elles ont laissé comme un parfum.

    Et si les amours sont bien mortes   

    Elles ont fait place dans le cœur

    A des courants fluides et clairs

    Qui passent, sans qu’on y prenne garde,

    Nous effleurent, fragiles humeurs,

    Effluves qui ne s’effacent pas.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :