• RONDEAU POUR L'AOÛT

     

    Qui es-tu donc, mois d’Août, avec ton opulence ?

    Tes plages submergées, marées de foules avides

    Qui fluent et qui refluent comme un humain liquide ;

    Avec l’odeur des crèmes, passées en abondance,

     

    On ne sent plus la mer. Que des odeurs putrides.

    Où allons-nous, mois d’Août, avec cette croyance

    Qu’un bonheur frelaté comble nos espérances?

    Et encore tes orages, et ta chaleur torride ;

     

    Voici tes fruits mûris, tes guêpes-alors prudence !

    On a le nez levé vers les astéroïdes

    Griffant soudain la nuit, éveillant nos consciences

    De leurs messages venus des Perséides.

     

    Qui es-tu donc mois d’Août pour que j’aie tant souffrance

    A écrire ce rondeau dépourvu d’élégance ?

    Tu es riche, mois d’Août, et je reste stupide.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Lundi 8 Août 2011 à 10:07
    Mamie Claude

    Que de vérités si bien écrites. Bisous

    2
    Dimanche 7 Août 2011 à 19:33
    Parisianne

    "Surtout, ne pas prendre au pierd de la lettre toutes mes élucubrations!. " C'est bien comme ça que je l'entends et la réciproque est valable... nous avons arrêté le vin chaud pour passer au grog
    Bises
    Anne

    1
    Vendredi 5 Août 2011 à 21:09
    Parisianne

    Bonsoir Noune, il faut venir dans le Nord, ça sent les embruns, l'humidité et le sable qui vole nous masque la foule agglutinée... autour d'un vin chaud !
    Mais non, je plaisante, il fait frais mais le soleil se montre de temps en temps, c'est sûr, cette année nous n'aurons pas fait de frais avec les crèmes solaires !
    Bises

    Anne

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :