• PAUL ELUARD

    Pour le poème du jeudi 19 Décembre chez "les croqueurs de mots"

     

    Ta chevelure d'oranges dans le vide du monde

    Dans le vide des vitres lourdes de silence

    Et d'ombre où mes mains nues cherchent tous tes reflets.

     

    La forme de ton cœur est chimérique

    Et ton amour ressemble à ton désir perdu.

    O soupirs d'ambre, rêves, regards.

     

    Mais tu n'as pas toujours été avec moi. Ma mémoire

    Est encore obscurcie de t'avoir vue venir

    Et partir. Le temps se sert de mots comme l'amour.

    Dans "Capitale de la douleur". Poésie/gallimard


  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Décembre 2013 à 11:22

    un poème magnifique sur l'absence

    Paul Eluard était décidément un très grand poète

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :