• LEON-PAUL FARGUE

    Poème de Léon-Paul Fargue     « Kiosque »

    En vain la mer fait le voyage

    Du fond de l’horizon pour baigner tes pieds sages.

    Tu les retires

    Toujours à temps.

     

    Tu te tais, je ne dis rien,

    Mais n’en pensons pas plus, peut-être.

    Mais les lucioles de proche en proche

    Ont tiré leur lampe de poche

    Tout exprès pour faire briller

    Sur tes yeux calmes cette larme

    Que je fus un jour obligé de boire

    La mer est bien assez salée.

     

    Une méduse blonde et bleue

    Qui veut s’instruire en s’attristant

    Traverse les étages bondés de la mer,

    Nette et claire comme un ascenseur,

    Et décoiffe sa lampe à fleur d’eau

    Pour te voir feindre sur le sable

    Avec ton ombrelle, en pleurant,

    Les trois cas d’égalité des triangles.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    12
    Samedi 11 Décembre 2010 à 10:35
    Eglantine

    une très belle découverte pour moi

    bonne journée

    11
    Vendredi 10 Décembre 2010 à 23:46
    Lenaïg Boudig

    Bonsoir Noune. Je ne connais pas bien Léon-Paul Fargue et je goûte grâce à toi l'originalité de son poème, qui me laisse perplexe : amour difficile, jeune femme pudique et à qui la mer fait peur, poète narrateur décrivant sa maladresse à l'aborder, qui semble à la fois se moquer d'elle et de lui-même car je sens comme un ... pied de nez à la fin. Perplexe, peut-être, mais j'ai bien aimé ! Bises !

    10
    Vendredi 10 Décembre 2010 à 09:15
    Monelle

    Inconnu pour moi, ce poème est torturé mais très beau !

    Bonne journée - bisou

    9
    Nat
    Vendredi 10 Décembre 2010 à 07:31
    Nat

    une découverte pour moi, merci

    femme ou mer, douceur salée qui vient s'écraser sur le sable

    bonne journée

    8
    Vendredi 10 Décembre 2010 à 00:40
    ADAMANTE

    J'apprécie beaucoup ce poème à lire et à relire tant il dit...

    7
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 22:12
    Pascale la tricotine

    sage promenade au bord de la mer, j'aime la fantaisie sur les lucioles et  la méduse, ça fait presque comptine !!  je me gave d'oeufs de mouettes est-ce bien raisonnable!!  gros bizzzoux "Frisquets"  Noune !!

    ps: je crois bien que nos mauvaises ondes  sulfureuses continuent leurs dégâts elles ont chamboulé les lipopotames d'Ô !!  si tu n'as pas vu , ton texte est pris en otage par l'ONU !!

    6
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 21:07
    Moog

    Salut Nounedeb,

    on ne s'en souvient pas assez de celui-là, même s'il était bien torturé

    bises

    5
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 19:04
    Brunô

    Toujours des découvertes étonnantes chez toi, on se régale.

    Bises

    4
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 18:47
    Angeljanvier

    Trés beau apparté tendre et plein de sagesse.bravo pour ce choix.

     

    3
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 17:31
    le-panier-a-histoire

    Ce beau poème est une découverte pour moi également, merci pour ce choix. Je m'enchante de la diversité des participations et me réjouis d'avoir intégré cette communauté.

    2
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 14:42
    rouergat

    Bonsoir Nounedeb

    Je ne connaissais pas cette poésie de Léon-Paul Fargue : merci

    Amicalement

    1
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 08:59
    Catheau

    Dans ce poème, une très belle osmose poétique entre mer et femme. Merci pour ce goût de larmes, qui est souvent celui de l'amour.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :