• CADET

     Décembre 2010 Cadet 1-copie-1

    Falaise aux colonnes sans métopes,

    Striée de rides et de méplats,

    J’ai écouté battre ton cœur

    A tous ces petits orifices ronds,

    Profonds

    Comme des conduits auditifs.

    Il était silencieux

    Mais de l’eau vive s’écoulait

    Fraîche et pure, chantante,

    De cette source comme un sexe de femme,

    S’écoulait dans le sable -

    Inflorescences bues.

    Aux aisselles lui poussent des buissons.

    Un mamelon grêlé 

    Emerge hors du sable.

    Parfois de l’eau suintante lui fait la peau lustrée,

    Ou le grain sec et chaud quand la roche est foncée :

    Rouilles, bruns, ardoise, anthracite,

    Ou claire et presque froide :

    Crème, beiges, ou gris bleutés.

    Teintures végétales

    Pour des phanères ensoleillés :

    Vert pré, vert épinard, vert mousse -

    Quelle étrange sororité je sens

    Entre la roche et l'être humain.

    Source 1

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    9
    Lundi 20 Juin 2011 à 01:31
    michelaise

    Pour qui connait Cadet, la palge préférée des sirènes (!!) ce texte sensuel et délicatement imagé, est vraiment fidèle et superbe. Bravo Noune

    8
    Jeudi 17 Février 2011 à 16:40
    krismalo

    AH la mer qu'importe son nom,il est bon de la chanter! merci à toi

    krismalo

    7
    Mardi 15 Février 2011 à 08:07
    Catheau

    Forte et frêle, la femme-falaise. On pense à Eluard.

    6
    Dimanche 13 Février 2011 à 17:28
    Snow

    Allo! Tout cet ensemble de mots et de falaises est très harmonieux.  J'adore ces photos entre autre.. Bonne soirée!

    5
    Vendredi 11 Février 2011 à 07:10
    La nonyme.

    De longtemps je n'étais venu vous voir. Comme j'avais tort!

    Vous avez trouvé des mots qui sentent bons, des tournures qui nous rafraîchissent. Nous les goûtons du bout des lèvres, non pas que le repas ne nous plaise mais bien parce qu'il est des repas qui ne se gâchent par de la gourmandise, pêché si difficile, parfois à éviter!

    A bientôt ici ou ailleurs.

    4
    Jeudi 10 Février 2011 à 17:56
    Adamante

    Oui, c'est une bien étrange sororité...  ton poème est beau.

    3
    Jeudi 10 Février 2011 à 13:31
    Jacinta Delapuertade

    Très joliment décrites ces beauté de la côte !

    Bonne fin de semaine :)

    2
    Mardi 8 Février 2011 à 21:05
    Moog

    la plage, ses galets, l'écume et les bois flottants, tout est évocation de la vie et de la femme, maternité, désir...j'aime bien ce que tu en racontes

    1
    Mardi 8 Février 2011 à 17:13
    Brunô

    Une description détaillée, imagée et poétique à souhait...c'est ça le talent d'une peintre des mots

    Gros bisous Noune

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :