• AVRIL 2012 2

     

    Hallecubrations à nuages masqués.

    Tombés des halles,

    Bardes bardés de Mastercards

    Comme rôtis entrelards :

    En rappel sur des side-cars

    Sous décibels hyperbares

    Pour un masterwork jovien,

    Ces joufflus cumulent,

    Aux nimbes usurpées,

    La cire au cul, mules usagées

    Couchées en strates usinées.

    Se prenant pour des sires russes,

    Leurs hallebardes ont lâché !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    5
    Vendredi 20 Avril 2012 à 17:21
    Néon & Tricôtine
    Dame météo a encore frappé !!! je ris Noune et j'imagine une horde de motards à la mad max en lisant ton texte !! accalmie ce matin de courte durée le vent a repris et les hallebardes aussi par à coups !! gros bizzzoux
    4
    Vendredi 20 Avril 2012 à 15:27
    Alice
    C'est prémonitoire, il pleut sans cesse ici, les nuages ne cessent de se rassembler !
    tout plein de mots habilement mélangés, découpés
    3
    Vendredi 20 Avril 2012 à 13:28
    cafardages
    pas facile à lire celui-là, même à haute voix ! Ca ferait un sacré exercice pour le cours Florent
    2
    Vendredi 20 Avril 2012 à 11:51
    Langda
    C'est dur à lire mais plein de bons jeux de mots et de poésie ! Et puis la rime pour l'oeil mais pas pour l'oreille (Mastercards / entrelards), j'adore ! Ca me rappelle les poèmes pour malentendants d'Alphonse Allais : http://unproductivepoetry.wordpress.com/2011/02/15/alphonse-allais-poemes-pour-les-sourds/
    1
    Vendredi 20 Avril 2012 à 11:30
    Carole
    Halles bardées de distribils à pleins décibels, en somme ?
    Ici, il tombe des cordes, mais bien tressées de grêle,
    Carole
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :