• A PERRIN LANGDA

    Un poète.

     

             Mouettes et goélands             Largement répandus

    Par couples isolés         Dans tout l’hémisphère nord

    Un capuchon foncé              Nichent en colonies

       S’élèvent dans l’espace      Deux adultes ont couvé

    Bancs de sable ou galets        Mouettes et goélands

         Dans l’espace ont couvé          Profitant des déchets

                       Rarement élevés         Dans l’espace isolés

    Mouettes et goélands              Un capuchon niché

             Dans sables et galets        Des déchets rarement

              Un espace foncé                  Large et colonisé

                     Profits   Déchets  Couvés

                         Goélettes   Mutants

                                 Espace

                                 Déchets

                                Mouettes

                                Goélands

                                   Cri. 

    (Avec la participation passive du « guide des oiseaux » Delachaud & Niestlé 1985)


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    11
    Langda
    Vendredi 27 Juillet 2012 à 16:32
    Langda
    et alors, tu avais réussi ? J'aimerais bien voir ce que ça donne... Tu sais, j'avais fait un "carré magique" avec le même principe, mais en faisant court. L'idée reste encore à concrétiser...
    10
    Mardi 8 Mai 2012 à 16:50
    Bonjour Jeanneleblog
    Bonjour Nounedeb,

    Un bien joli poème écrit d'une manière plutôt originale, bravo J'ai bien aimé.
    A bientôt. Bien amicalement.

    Henri.
    9
    Lundi 7 Mai 2012 à 18:02
    flipperine
    c'est bien vrai les mouettes et les goelands sont bien sales mais ceux sont de beaux oiseaux tout de même
    8
    Dimanche 6 Mai 2012 à 21:14
    michelaise
    Alors moi je suis nulle, ou trop gourmande : la forme me fait penser à ... une glace à deux boules, oui comme quand j'étais petite, avec un cône double. Maintenant on te met les deux boules l'un sur l'autre sur un cône simple... voire trois.
    Mais keskela michelaise, complètement à côté de la plaque !!
    Le poème est très "ailé" et j'aime ses sons qui volent !
    7
    Dimanche 6 Mai 2012 à 19:08
    Langda
    Merci à toi, Nounedeb (et à Carole, aussi) !
    Je n'imagine même pas comme tu as dû t'amuser pour faire la mise en page (d'où les captures d'écran, chez moi)...
    6
    Dimanche 6 Mai 2012 à 16:41
    Catheau
    "Ses ailes de géant l'empêchent de marcher" mais n'empêchent pas les poètes d'écrire !
    5
    Dimanche 6 Mai 2012 à 15:10
    Carole
    Merci pour le lien vers Perrin Langda, Nounedeb, je l'ai suivi et ai découvert quelqu'un de bien intéressant et de tonique dans son humour "décapant" - excellent détergent à préjugés et à clichés.... Il m'a fait penser à Gaston Chaissac - qui a écrit autant qu'il a peint, même si on ne le sait pas toujours.
    Le Delachaux Niestlé est le bréviaire des poètes : je suis plus que d'accord avec toi, même si j'utilise de préférence les vieux guides naturalistes que je trouve chez les bouquinistes.
    Carole
    4
    Dimanche 6 Mai 2012 à 11:29
    Mamie Claude
    Très joli poème où déchets et pollutions perdurent au péril des superbes goëlands et tant d'autres volatiles. Gros bisous
    3
    Dimanche 6 Mai 2012 à 10:58
    Bon dimanche.
    2
    Dimanche 6 Mai 2012 à 09:55
    enriqueta
    Bel exercice de style, pour des oiseaux que j'aime beaucoup regarder et photographier. Bravo!
    1
    Dimanche 6 Mai 2012 à 08:47
    Monelle
    Présentation orginale pour ce joli poème !
    Bon dimanche - bisous
    Monelle
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :